Tendances 2015 pour le design et l’innovation

En cette fin d’année, voici quelques uns des plus gros défis culturels, commerciaux et de conception des 12 prochains mois, tirés du Fjord Trends 2015, un document prospectif produit par l’agence Accenture Digital.

  • De l’expérience utilisateur à l’expérience avec l’employé

Les personnes sont leur meilleur atout.

Pour devenir vraiment digitales, les entreprises cherchent à réintégrer les personnes dans l’interface. Après 2 décennies de rationalisation du process du service client, les humains sont peu à peu replacés au centre. Les entreprises commencent à considérer de manière stratégique les services qui peuvent être gérés via des machines, et ceux qui nécessitent d’interagir avec des humains. Il s’agit désormais de créer des points d’action, et non plus de simples points d’information pour les utilisateurs.

  • Optimisation de l’expérience cross-channel et cross-device

Dans le flux de données et de contenus, l’expérience utilisateur n’est toujours pas fluide entre les environnements physiques et numériques, et sur les différents terminaux. Les designers doivent concevoir des écosystèmes appropriés et ne pas oublier d’analyser des fondamentaux comme la source de connexion (et la bande passante) ainsi que le temps passé dans chaque mode.

  • De l’agrégation des contenus à l’agrégation des services

Les consommateurs sont de plus en plus fatigués par le casse-tête de devoir choisir parmi la myriade d’applications spécialisées dans tel ou tel service. Ils se sont habitués à l’agrégation de l’information avec Google, à l’agrégation des personnes avec Facebook, à l’agrégation de la musique avec Spotify. Concevoir un service connecté correspond plus à construire un écosystème cohérent de services appropriés qu’à créer un magasin fourre-tout. Il s’agit d’offrir un parcours utilisateur fluide et pertinent qui prenne en compte tous les aspects, tous les moments de la vie des clients. Il faut envisager des partenariats basés sur la technologie et les données.

  • Besoin de couper le cordon numérique

Il existe un besoin grandissant chez les utilisateurs de sortir la tête de leur écran. Nous regardons nos téléphones plus de 1 500 fois par semaine. C’est devenu une véritable addiction. Toujours connectés, les gens se sentent surchargés, déconcentrés et stressés, et veulent pouvoir se retrouver sans connexion. Les utilisateurs commencent à compartimenter la connectivité pour vivre au-delà de l’écran. Les services numériques doivent prendre en compte, faire le lien et augmenter l’utilité entre les différents aspects on et offline de la vie des utilisateurs.

  • Des boutons de commande à la conversation

Les avancées technologiques permettent des interactions homme-machine plus naturelles qu’auparavant où elle étaient simplement transactionnelles. En plus de produire de plus en plus de contenu émotif, nous développerons des relations émotionnelles fortes avec nos machines. Les avancées dans les capteurs, les médias sociaux, les matériaux synthétiques, les philosophies de conception digitale et les vitesses de calcul ont créé un monde dans lequel nous pouvons commencer à communiquer en utilisant une palette d’émotions et d’expressions visuelles. Alors que les capteurs émotionnels deviennent de plus en plus perfectionnés, les machines pourront bientôt être directement reliés à nos émotions et exécuter des actions pour nous via les objets connectés. Les entreprises doivent faire évoluer leurs personnalités numériques et adapter leurs fonctionnalités en conséquence.

  • Interactions dans les systèmes connectés

Le téléphone est comme le soleil dans le système solaire.

Le smartphone est désormais la « télécommande pour la vie ». Beaucoup des nouveaux terminaux qui arrivent sur le marché (montres, capteurs, wearables) passent par le téléphone pour se connecter, afficher les données et faire les mises à jour. Le mobile va garder encore un certain temps sa position centrale, mais les services et les terminaux pourraient bien renverser son rôle dans la livraison d’expérience. Avec plus de 30 milliard d’objets connectés d’ici à 2020, l’enjeu est de réussir à construire un écosystème encore plus fort entre les terminaux.

  • Le sixième sens

Pour satisfaire les utilisateurs, les entreprises doivent être prédictives.

De plus en plus de services commencent à anticiper ce que veut le consommateur et agissent en conséquence, en utilisant le design intelligent et l’analyse des données, avant que l’utilisateur n’ait même à cliquer sur un bouton. Il est désormais possible de construire un service entièrement transparent et automatisé avec un degré de personnalisation encore jamais vu. L’alliance de la connaissance de l’environnement local et de ces nouveaux outils prédictifs permettra aux commerçants locaux, travailleurs indépendants et autres start-ups de palier à leurs limites contextuelles et de parfaire leur compréhension de la culture des utilisateurs. Cette stratégie doit toutefois être éthique et basée sur la confiance quant au traitement des données personnelles.

Publicités

Répondre à Tendances 2015 pour le design et l’innovation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s