Bonnes pratiques des formulaires en ligne

L’UX design est le goût du détail, la capacité de se mettre à la place de l’utilisateur à chaque étape. Rendre les formulaires moins douloureux à remplir pour l’internaute qui veut simplement obtenir un produit ou un service, c’est aussi faire en sorte que les entreprises qui développent ces applications gagent de l’argent. Des bonnes pratiques existent : rapidité, clarté, simplicité et utilité.

1. RAPIDITÉ : ALLER DROIT AU BUT

  • Ne pas excéder 10 champs : de 5 à 10 champs permettrait un taux de conversion de 40% de visiteurs uniques selon le cabinet de conseil en marketing Eloqua.
  • Donner à l’utilisateur un aperçu de ce qui l’attend : les titres doivent correspondre à ce que les gens s’attendent à trouver et expliquer rapidement à quoi sert le formulaire.
  • Lui permettre de scanner la page d’un seul coup d’œil : il doit voir où est le début et où est la fin, comprendre les avantages qu’il a de remplir le formulaire et pouvoir identifier rapidement tous les champs ainsi que le bouton d’action. Tout élément susceptible de distraire l’utilisateur (bannière, encart…) doit être éliminé.
  • Lui indiquer où il en est et ce qui lui reste à faire : s’il y a plusieurs pages, il faut notifier les différentes étapes.
  • L’aider à remplir correctement et du mieux possible : la validation en direct (Ajax et notifications visuelles) permet de gagner du temps et de fournir la meilleure réponse.

2. CLARTÉ : STRUCTURER LOGIQUEMENT

  • Choisir l’alignement des libellés selon le contexte : en haut ou à l’intérieur des champs de saisie pour les formulaires courts ou habituels, alignés à droite pour une rapidité de remplissage mais une lisibilité réduite, alignés à gauche lorsque l’on veut que l’utilisateur prenne son temps et considère chaque champ à remplir avec attention.
  • Les libellés doivent être courts mais suffisamment explicites : l’affordance est primordiale : il faut utiliser les mêmes libellés pour les mêmes champs et les mêmes incitants pour les mêmes boutons d’un formulaire à l’autre. Il est aussi conseillé d’utiliser la voix active, de conjuguer à l’impératif, de faire des phrases courtes, et de s’adresser directement à l’utilisateur.
  • Bien placer et distinguer les actions primaires et secondaires : éviter les actions secondaires si elles sont inutiles, tout du moins bien les distinguer des actions primaires. Il est aussi important d’aligner l’action principale avec les libellés afin de faciliter le processus de remplissage.
  • Indiquer clairement les actions en cours : désactiver l’action principale jusqu’à ce l’utilisateur ait répondu à toutes les questions du formulaires avec des informations valides.

3. SIMPLICITÉ : GUIDER L’UTILISATEUR

  • Les aide et astuces doivent l’accompagner : pour lui expliquer pourquoi telle donnée est demandée et ce que l’entreprise va en faire. Il convient d’être concis dans les textes et de bien les placer, tout en ne surchargeant pas l’utilisateur d’informations.
  • Il doit tout de suite comprendre en quoi consiste l’erreur et comment la corriger : expliquer clairement comment résoudre le problème, bien marquer l’erreur avec une couleur, une taille de police différente et une icône.
  • Un message doit prévenir l’utilisateur qu’il a touché au but : un message de confirmation doit être assez visible pour féliciter l’utilisateur comme il se doit, le guider et lui proposer un autre chemin après la validation du formulaire.
  • Optimiser l’expérience sur mobile : les écrans mobiles sont petits et les formulaires doivent s’y adapter. Les questions doivent être présentées clairement, avec des libellés optimisées pour ces devices. Les différents types de champs, d’attributs et de masques doivent faciliter la saisie.

4. UTILITÉ : ANNONCER LA COULEUR

  • Le but et l’utilité du formulaire doivent être limpides : introduire le formulaire en décrivant brièvement son but et son intérêt pour l’utilisateur.
  • Éliminer tout champ inutile : ne pas demander à l’utilisateur ses données personnelles par exemple alors que l’essentiel pour utiliser le service ne réside que dans le nom et l’email.
  • Permettre de tester, et de s’inscrire plus tard : le but ultime d’un formulaire est de pouvoir s’en passer. Si un utilisateur peut commencer à utiliser un service web sans avoir à s’inscrire, alors il sera beaucoup moins réticent à s’inscrire par la suite.

Maintenant que vous avez bien en tête les bonnes pratiques, il est essentiel de comprendre et d’échanger autour des dernières tendances en matière de conception numérique, d’expérimenter de nouvelles technologies pertinentes pour la conception des formulaires en ligne… d’innover. Mais il ne s’agit pas de foncer tête baissée dans l’innovation. Appliquer la méthodologie UX, voilà ce qui vous permettra de décupler les chances de succès d’un formulaire. Nous y reviendrons…

Publicités

Répondre à Bonnes pratiques des formulaires en ligne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s